1946 Affiche Reine de Joie, Toulouse Lautrec, Les Editions Holbein
1946 Affiche Reine de Joie, Toulouse Lautrec, Les Editions Holbein
1946 Affiche Reine de Joie, Toulouse Lautrec, Les Editions Holbein
1946 Affiche Reine de Joie, Toulouse Lautrec, Les Editions Holbein
1946 Affiche Reine de Joie, Toulouse Lautrec, Les Editions Holbein

1946 Affiche Reine de Joie, Toulouse Lautrec, Les Editions Holbein

Prix régulier $325.00
/

Date : 1946
Taille :
Image 12,5 x 17,5 pouces
Artiste : Toulouse-Lautrec, Henri (après)

Issue d'un catalogue raisonné imprimé en 1946 par les prestigieuses Editions Holbein à Bâle, Suisse.

À propos de l'artiste : Henri de Toulouse Lautrec était de petite taille, d'une nature incroyablement décalée et prodigieusement talentueux dans la production de lithographies, peintures, affiches et autres œuvres d'art. En moins de 40 ans (né en 1864 - décédé en 1901), Lautrec créa une œuvre inoubliable qui continue d'inspirer, de confondre et de captiver les collectionneurs du monde entier. Son immersion dans la vie colorée et théâtrale de Paris fin de siècle aboutit à de nombreuses images passionnantes, élégantes et provocantes de la vie moderne et parfois décadente de cette époque.

Toulouse-Lautrec est connu comme l'un des plus grands artistes de la période post-impressionniste. Lors d'une vente aux enchères en 2005 à la maison de vente aux enchères Christie's, un nouveau record a été établi lorsque "La Blanchisseuse", une des premières peintures d'une jeune blanchisseuse, s'est vendue 22,4 millions de dollars américains.

En excellent état et prête à encadrer.

Anecdote à propos de Reine de Joie : Selon l'Art Institute of Chicago, « Cette affiche colorée a rendu public le roman controversé de l'auteur français Victor Joze, Reine de joie (Reine de la joie), qui suit une jeune courtisane à Paris qui convainc le riche banquier juif Baron de Rosenfeld de la dédommager avec son argent en échange de sa compagnie. La fiction Rosenfeld était vaguement basée sur le vrai baron de Rothschild, et Joze joua les stéréotypes antisémites des années 1890 qui caractérisaient les banquiers juifs comme cupides, malhonnêtes et grossiers. Le livre et l'affiche inspirèrent les protestations de Rosenfeld et de ses amis, qui arrachèrent les affiches des murs de nombreuses librairies parisiennes. »